Les jeunes et la retraite : expérimentation aux Pays-Bas

La fondation Stichting PensioenLab a été créée en 2014 par les trois organisations syndicales néerlandaises CNV (1), FNV (2) et VCP (3). L’objectif : représenter les intérêts des jeunes dans le débat et l’administration des retraites, de fait largement dominés par les plus âgés, comme partout en Europe.

 

Stichting PensioenLab rassemble des jeunes pour qu’ils puissent se faire une idée des pensions et faire entendre leur voix dans la discussion sur les retraites. La Fondation aspire également au rajeunissement des instances délibérantes des fonds de pension, dont aujourd’hui 2 % des administrateurs sont âgés de moins de 35 ans, selon les chiffres de PensioenLab.

Cette initiative fait partie de l’éventail d’actions positives menées aux Pays-Bas pour restaurer la confiance dans le système des retraites dans lequel les fonds de pension jouent un rôle essentiel.

Objets de lourdes critiques et devant faire face à des difficultés (espérance de vie, taux d’intérêt bas, etc.) exacerbées par la crise financière mondiale, les fonds de pension néerlandais ont dû apporter des réponses. Diverses initiatives ont été entreprises, comme le code de gouvernance ou les recommandations sur les coûts administratifs.

Partant du constat que 20 % du salaire est consacré à sa retraite dès le premier emploi (soit un jour de travail par semaine) et que les décisions qu’un jeune sera amené à prendre au cours de sa vie – contrats de travail, mariage, séparation, enfants, année de congé sabbatique – auront une incidence plus ou moins directe sur sa future retraite, les organisations syndicales ont souhaité offrir aux jeunes Néerlandais un espace de réflexion et de formation.

Ouvert aux jeunes de 18 à 35 ans, le PensioenLab situé à Utrecht organise des ateliers participatifs sur divers thèmes. À titre d’exemples : quel est le meilleur système de retraite au monde ? Comment les caisses de retraite peuvent-elles investir durablement leurs actifs financiers ? Peut-on imaginer un système de retraite européen ?

 

Inciter les vocations

Chaque année, environ 50 jeunes de tous les secteurs peuvent s’inscrire au PensioenLab. Les sessions démarrent par un « bootcamp » sur les retraites, de façon à ce que chacun acquière les connaissances de base, y compris ceux n’ayant pas de formation sur le monde financier. Des petits groupes de travail sont ensuite chargés de travailler sur un sujet spécifique lié au thème des retraites, pendant un certain nombre de mois. En 2018, 386 jeunes ont participé. 30 propositions ont été présentées au cours de 11 événements.

Autre initiative, plus spécifique : la mise en place d’une sorte de vivier de futurs administrateurs, rebaptisé en 2018 l’Académie PensioenLab, pour attirer les vocations dans l’administration d’un fonds de pension.

Le PensioenLab a ainsi développé un vaste réseau de jeunes qui, à long terme, souhaitent prendre une part active dans l’administration (board of trustees) ou la supervision (stakeholders ou accountability body) d’un fonds. Au moment des élections ou des nominations aux postes vacants, les jeunes peuvent ainsi possiblement être nommés au sein d’un conseil d’administration ou d’un conseil de surveillance. En 2018, 138 participants ont été recensés, dont 22 ont accédé aux postes d’administrateurs dans les organes délibérants.

(1) La Confédération chrétienne des syndicats.

(2) La Fédération des syndicats néerlandais, principal syndicat aux Pays-Bas.

(3) Troisième centrale, la Fédération des syndicats de cadres néerlandais, membre d’Eurocadres.

REPÈRES

Question de gouvernance

Plus de 200 fonds de pension (ils étaient 350 en 2014) administrent la retraite de 5,5 millions d’affiliés (auxquels s’ajoutent 9,6 millions d’anciens affiliés) et 3,2 millions de retraités. Aux Pays-Bas, 80 % de la population active est tenue par la loi de s’affilier auprès d’une institution de retraite professionnelle (IORP) ayant l’exclusivité de la gestion du régime de retraite instauré par accord collectif.

Cette part de la retraite représente l’essentiel des revenus des retraités. La retraite de base AOW, versée à tous les résidents en fonction de leur durée de résidence, est forfaitaire et modique, de l’ordre du montant du minimum vieillesse en France (1). Les fonds de pension, institutions sans but lucratif, répondent à une règlementation prudentielle propre, parmi lesquelles les règles issues de la directive européenne IORP sur les retraites professionnelles.

Leur gouvernance paritaire prend diverses formes dans lesquelles la représentation des intérêts des cotisants employeurs et employés et des bénéficiaires est diversement organisée, en même temps que doivent être garanties l’expertise et la compétence des administrateurs. Cinq modèles ont été établis, du modèle strictement paritaire du conseil d’administration au modèle mixte dans lequel les employeurs et employés sont représentés au sein d’un conseil de surveillance. Les questions de diversité et de renouvellement sont au cœur des recommandations du code de gouvernance rédigé en 2014.

(1) Depuis le 1er avril 2018, le montant de l’allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa), encore appelée minimum vieillesse est de 833,20 € par mois pour une personne seule sans ressources.

Questions à

Ellen Te Paske, Cheffe de projet de l’Académie PensioenLab au nom de l’organisation syndicale FNV section Jeunes

Permettre aux jeunes de rencontrer des professionnels du monde des retraites

Quand et comment cette expérience du PensioenLab a-t-elle été lancée ?

Ellen Te Paske : Le PensioenLab a débuté il y a 5 ans, à peu près au même moment que le lancement du Kweekvijver (vivier). Cette initiative des partenaires sociaux visait à permettre aux jeunes de rencontrer des professionnels du monde des retraites. Les débats s’engageaient autour de sujets comme la gouvernance, l’investissement responsable, le droit des pensions.

L’année dernière, le Kweekvijver a été rebaptisé PensioenLab Academie. Ici, les jeunes peuvent candidater jusqu’à l’âge de 35 ans à différents niveaux : Verleiders, Genieters ou Junkies. Les Verleiders sont des recrues qui ne connaissent pas les pensions, et qui reçoivent juste une information sur les sujets principaux concernant les retraites. Les Genieters sont déjà un peu plus « sachants » et bénéficient d’échanges avec des experts du secteur sur divers sujets liés à l’administration des caisses de retraite. Quant aux Junkies, ils aspirent à une future carrière dans le monde de la retraite. En collaboration avec SPO (centre de formation des administrateurs des fonds de pension), nous avons créé un guide d’apprentissage en ligne. Cette méthode d’éducation en ligne est le préalable aux cours dispensés par des administrateurs de fonds de pension.

Comment est financé ce projet ?

E. P. : Le projet PensioenLab ­Academie et PensioenLab sont financés par les plus grands fonds de pension sectoriels APB, PFZW, APG, PME, PMT et PfBouw (1) ainsi que leur fédération, PensioenFederatie.

Au total, pour les trois prochaines années, notre budget est de 125 000 euros annuels. Et nous cherchons en permanence à réduire les coûts par des mutualisations, notamment avec le centre de formation des administrateurs SPO.

(1) ABP, fonds de pension du secteur public ; PFZW, fonds de pension du secteur santé ; APG, fonds de pension du secteur de l’éducation ; PME et PMT, fonds de pension du secteur de la métallurgie ; PfBouw, fonds de pension du secteur de la construction.