Allocataires et cotisants de l’Agirc-Arrco

Les régimes complémentaires Agirc et Arrco ont fusionné le 1er janvier dernier. Focus sur le profil des allocataires et des cotisants affiliés au nouveau régime.

Le régime fusionné Agirc-Arrco reprend le même principe de solidarité : les cotisations versées par les salariés et leurs employeurs permettent de payer immédiatement les pensions des retraités actuels. Le rapport démographique de l’Agirc-Arrco est aujourd’hui de 1,5 cotisant pour 1 allocataire.

Fin 2017, l’Agirc-Arrco compte 12,6 millions d’allocataires

Ces allocataires couvrent l’ensemble des retraités de l’Agirc-Arrco (1), qu’ils perçoivent une pension de droit direct ou de réversion. Ce sont majoritairement des femmes (53,4 %). à titre de comparaison, la population française compte 16,9 millions de personnes âgées de 60 ans et plus (2), dont 55,9 % de femmes. Les retraités de droits directs de l’Agirc-Arrco (11,4 millions) ont en moyenne 73,2 ans. Les femmes sont légèrement plus âgées (73,8 ans) que les hommes (72,6 ans). Pour les nouveaux retraités en 2017, l’âge moyen de liquidation des droits à la retraite est de 62,4 ans. La pension totale de droit direct (3) s’élève à 1 799 euros brut mensuels pour les hommes, contre 1 046 euros pour les femmes. La pension Agirc-Arrco pèse pour près d’un quart de la pension totale moyenne d’un retraité non cadre, et la moitié de celle d’un retraité cadre. Parmi ces 12,6 millions de retraités Agirc-Arrco, 2,9 millions perçoivent une pension de réversion. Plus de 40 % d’entre eux n’ont qu’une pension de réversion seule. Ce sont essentiellement des femmes (95,8 %). La majorité des retraités de l’Agirc-Arrco (50,5 %) sont âgés de plus de 72 ans (graphique 1). Les baby-boomers retraités âgés de 62 à 71 ans représentent également une part importante des bénéficiaires du régime, avec 49,2 % des hommes et 43,0 % des femmes. Enfin, plus d’une femme sur cinq ne touche à l’Agirc-Arrco qu’une pension de réversion. Cependant, cette proportion évolue à la baisse au fil des générations, du fait de l’augmentation de l’espérance de vie chez les hommes et de la croissance des droits directs chez les femmes. à l’inverse, peu d’hommes touchent uniquement une pension de réversion (0,8 % des hommes, soit 0,4 % des allocataires).

Fin 2016, 18,5 millions de salariés cotisent à l’Agirc-Arrco

Au 31 décembre 2016, l’Agirc-Arrco comptabilise 18,5 millions de cotisants, soit près de 70 % de la population des actifs en emploi en France(4). La population des cotisants de l’Agirc-Arrco est représentée à 55 % d’hommes contre 45 % de femmes. L’âge moyen des cotisants Agirc-Arrco est de 41 ans en 2016. Ils ont cotisé pour la première fois en moyenne à 20 ans. Les générations nées entre 1961 et 1990 présentent des effectifs stables de cotisants, en moyenne 2,4 millions de cotisants par tranche d’âge de 5 ans. Pour chaque classe d’âge, les hommes cotisant à l’Agirc-Arrco sont en moyenne plus nombreux que les femmes (1,3 million d’hommes contre 1,1 million de femmes). Pour les générations nées avant 1960, l’effectif de cotisants diminue et passe de 1,7 million de cotisants âgés de 56 à 60 ans à 458 000 cotisants de plus de 60 ans. En 2016, le salaire brut moyen(5) des salariés cotisant à l’Agirc-Arrco s’élève à 34  356  euros. Les salaires progressent avec l’âge et l’expérience des salariés (graphique 2). Le salaire moyen augmente nettement jusqu’à 40 ans : celui des 41-45 ans est 1,3 fois plus élevé que celui des 26-30 ans. Puis, il se stabilise entre 41 et 55 ans : il est en moyenne de 36,9 k€ pour les 41-45 ans et de 38,5 k€ pour les 51-55 ans. L’augmentation du salaire moyen, passé 55 ans, s’explique à la fois par la diminution importante des effectifs et par un biais de sélection, les individus les mieux payés étant incités à travailler plus longtemps. Les disparités de salaires entre les femmes et les hommes s’amplifient avec l’âge. Pour les 26-30 ans, les hommes touchent 7,8 % de plus que les femmes, contre 27,6 % pour les 51-55 ans. Cette différence peut s’expliquer par des secteurs d’activité professionnelle différents d’un sexe à l’autre, mais aussi par des carrières moins favorables, et parfois interrompues par des maternités pour les femmes. Cet écart se réduit au fil des générations, notamment en raison de la hausse du niveau d’études des femmes.

(1) Hors versement d’un capital unique.

(2) Source Insee.

(3) Y compris les pensions versées par les autres régimes.

(4) Selon l’Insee, la population active est de 29,6 millions en 2016 dont 26,6 millions occupent un emploi.

(5) Salaire brut moyen en équivalent temps plein annualisé.

Pour en savoir plus

  • Les retraités et les retraites, édition 2018, Panoramas de la DREES
  • France, portrait social, édition 2017, Insee Références
  • L. Felder-Zentz, M. Krouri, S. Bourbon, Les salaires des cotisants à l’Agirc-Arrco en 2014, les cahiers études et statistiques n° 2, Septembre 2016